L'Amandier
(Prunus amygdalus)


Cliquer sur les vignettes pour les agrandir

amandier
rue des champs
février 2004
amandier
rue des champs
février 2004
amandier
parc Raymond Sibille
mai 2004
amandier
rue des champs
mars 2005
amandier
parc Raymond Sibille
avril 2006

Description :

L' amandier est un arbre fruitier de la famille des Rosacées, dont les fleurs d'un blanc rosé, apparaissent avant les feuilles. C'est le premier arbre fruitier à fleurir à la fin de l'hiver, une période où il gèle encore le matin.

L'amandier est un des symboles de la virginité car le caractère virginal de cet arbre résulte du fait que les fleurs paraissant bien avant les feuilles, chaque rameau se voile alors complètement de blanc donnant ainsi l'impression que l'amandier s'est paré de sa robe de mariée.

L'amandier appartient au genre Amigdalus, famille rosacées, son nom scientifique est Prunus amygdalus dulcis ou Prunus amygdalus amara.

C'est un arbre aux fleurs pentamères, ce qui signifie que la fleur de l'amandier comporte cinq pétales disposés régulièrement (symétrie radiale). Il peut atteindre 6 à 12 mètres de haut. Il vit de 50 à 80 ans et se multiplie par semis ou par greffes. Son bois est de bonne qualité et il est utilisé en ébénisterie.

Son fruit est l'amande. Le plus gros producteur est la Californie, avec à peu près 50% de la production mondiale. L'amande est un régal, un fruit béni qu'on déguste en dragée ou en praline, mais amère (fruit de l'amandier sauvage), elle devient toxique pour l'homme, voire mortelle à certaines doses car elle contient de l'acide cyanhydrique.

En savoir plus sur l'Amandier

Extraits littéraires :

Alphonse de Lamartine
(1790-1869)
Recueil: Nouvelles méditations poétiques

La branche d'amandier

De l'amandier tige fleurie,
Symbole, hélas! de la beauté,
Comme toi, la fleur de la vie
Fleurit et tombe avant l'été.

Qu'on la néglige ou qu'on la cueille,
De nos fronts, des mains de l'Amour,
Elle s'échappe feuille à feuille,
Comme nos plaisirs jour à jour!

Savourons ces courtes délices;
Disputons-les même au zéphyr,
Epuisons les riants calices
De ces parfums qui vont mourir.

Souvent la beauté fugitive
Ressemble à la fleur du matin,
Qui, du front glacé du convive,
Tombe avant l'heure du festin.

Un jour tombe, un autre se lève;
Le printemps va s'évanouir;
Chaque fleur que le vent enlève
Nous dit : Hâtez-vous de jouir.

Et, puisqu'il faut qu'elles périssent,
Qu'elles périssent sans retour!
Que ces roses ne se flétrissent
Que sous les lèvres de l'amour!